Y avait-il vraiment un autre choix possible ?




Nous avons appris à jauger, comparer, et juger notre experience et celle des autres. Sans en avoir toujours conscience, nous nous posons comme juges de nos choix et ceux des autres.


J’aurais dû… Elle aurait dû…


Ces phrases apparemment anodines, ne le sont pas. Elles impliquent qu’il y avait un autre choix possible, et qu’à ce moment là, nous avions la capacité de le faire.


Est-ce vrai?


Est-ce vrai que si à ce moment là, nous avions vu clairement un autre choix possible et au résultat plus positif, nous ne l’aurions pas choisi?


J’aurais dû… Ces phrases sont douloureuses, et elles sont aussi stériles. Nous nous reprochons des actions qui sont passées et que nous ne pouvons plus changer.


Si nous réalisons que, comme l’a dit un jour Sydney Banks, nous faisons toujours de notre mieux en fonction des pensées que nous avons dans l’instant et qui nous semblent réelles, est-ce que ces reproches que nous nous adressons ont encore du sens?


Sans doute que non.


Si nous jauger, nous comparer, nous juger, fonctionnait vraiment. Si cela nous permettait d’être plus heureux, plus épanouis ou de « meilleurs humains »… nous en aurions surement fait l’experience depuis longtemps.


Plus de compassion et de compréhension pour nous mêmes, c’est cela dont nous avons vraiment besoin.




Christel

Photo de Blake Wisz




Posts similaires

Voir tout
Et Aussi