Sortir du statu quo



Vivre et aimer sans attendre. Sans sacrifier.


Ces mots sont extraits d’un collage intuitif que j’ai fait à un moment où j’avais un choix douloureux à faire. Ils m'ont aidée à me clarifier.


Il y a des choix difficiles à faire parfois, où nous sommes retenues par nos peurs, et nos croyances limitantes.


Et alors que nous y résistons, nous nous sentons nous faner de l’intérieur, la vie perd son brillant, son éclat.


Les choses et les experiences deviennent fades. Nous finissons par avoir l’impression que rien ne nous excite plus, ne nous fait plus vibrer.


Comme la reine des glaces, nous avons tout gelé à l’intérieur. Ne voulant pas écouter nos vraies envies qui déclenchent des peurs intenses, nous gelons tout pour ne plus rien ressentir.


Oui, il y a des choix pas faciles et douloureux à faire, comme mettre fin à une relation qui nous a nourris longtemps, dire adieu à une région où a un emploi pour aller vers de nouveaux horizons.


Alors il est compréhensible que beaucoup préfèrent choisir le status quo, et une vie « à moitié vécue », plutôt que d’être avec leur peur et choisir leur joie malgré tout.


Dans l’instant, cela ne ressemble pas vraiment à de la joie tant la peur et la peine peuvent être présentes.


Nous sentons qu’une page va se tourner, les choses ne seront plus jamais comme avant. Nous laissons une part de nous, une vieille identité que nous avons dépassée.


Tous les changements, même les plus souhaités ont leur mélancolie, car ce que nous quittons, c'est une partie de nous-mêmes ; il faut mourir à une vie pour entrer dans une autre. ~Anatole France

C’est un passage qui nous demande de lâcher nos anciens repères pour nous en créer de nouveaux.


Cette traversée peut être douloureuse, mais elle est aussi excitante et pleine de vie.


L’intérieur se dégèle et nous sentons à nouveau la vie palpiter en nous. Nous voyons de nouveaux possibles poindre à l'horizon.







Christel

Photo de Annie Spratt