Quand je laisse aller ce que je suis...




Quand je laisse aller ce que je suis, je deviens ce que je pourrais être.

Quand je laisse aller ce que j'ai, je reçois ce dont j'ai besoin.

~Lao Tseu


La 13 Death ∞ Rebirth s’invite ce soir, à nouveau. Une carte qui a été très présente ces deux dernières années, et pour cause! Les thèmes de la mort et de la renaissance sont bien présents dans nos vies.


Nous sommes tous morts à notre ancienne façon de vivre, qui même si elle n’était pas satisfaisante, était confortable puisque connue. Et nous nous préparons à une renaissance, puisque clairement retourner en arrière n’est pas possible ni souhaitable.


L’étonnant dans cette carte du Light Seer’s Tarot, c’est que l’on voit la silhouette d’une personne, entourée d’une étole rouge, mais à l’endroit où l’on devrait apercevoir son visage se révèle un point lumineux dans un ciel bleu, au dessus de la cime d’une forêt de sapins.

Habituellement, cette carte n’a pas de nom. Dans le Tarot de Marseille on l’appelle la XIII, ou la non nommée. Là, elle s’appelle mort et renaissance.

Pas très glamour comme programme...

Le mot mort fait peur, il nous parle du lâcher prise ultime.

Nous avons appris à en avoir peur bien qu’elle fasse partie de notre vie de tous les instants. La vie étant faite que de petites morts et de renaissances.

Nous mourrons à nous-mêmes pour devenir quelqu’un d’autre, quelqu’un de plus « grand ». Un peu à l’image du Bernard l’ermite, la vie nous fait changer de coquille quand celle dans laquelle nous vivons est devenue trop petite.

Le moment est souvent pénible, parce que nous préférons le « confort » de ce que nous connaissons à la liberté d’un inconnu sur lequel nous projetons toutes nos peurs.

Mieux vaut une coquille devenue trop étroite que le vaste inconnu, avec tous ses points d’interrogations! ?????

Dans le connu, nous avons déjà les réponses, nous savons que faire, comment faire. Nous n’avons même pas à y penser, nous fonctionnons sur pilote automatique. C’est comme enfiler de vieux chaussons. Ils sont moches… Oui, mais tellement confortables!

Nous avons nos routines, nos pensées habituelles, nos vieux systèmes de pensées si souvent pratiquées. Pas d’effort de conscience à faire, pas de question a se poser, le système est super bien rodé.

Mais… il y a un mais.

Nous ne sommes pas vraiment heureux, même si nous préférons ne pas y penser. Nous vivons dans l’insatisfaction, c’est elle qui ne nous laisse pas tranquille. Elle nous titille et nous incite à grandir, à lâcher nos vieux chaussons.

Elle vient nous pousser à lâcher les routines qui nous maintiennent endormis, les stratégies d’évitement et de peur qui nous appauvrissent.

« Mais qui je suis sans tout ça? », pensons nous apeurés.

Comme disait une auditrice dans un podcast, Je ne sais pas qui je suis, je me sens un peu perdue.

Nous avons tendance à voir cela comme négatif, bien sur. Qui se lève le matin en se disant « j’ai envie de me sentir perdu aujourd’hui » ?

Et en même temps, n’y a-t-il pas signe plus sûr que nous sommes en route vers un renouveau ?

Nos vieux repères s’en vont, et nous nous retrouvons dans un « entre deux mondes. »

Nous voyons que l’ancienne façon d’être, de faire, ne fonctionne plus et nous n’en voyons pas encore clairement une autre.

C'est pourquoi la XIII vient nous dire,


Et si tu laissais le chaos se produire ?

Et si tu laissais ta vie devenir désordonnée ?

Et si tu permettais la confusion?

C’est la seule façon de faire de la place au nouveau, de lui laisser l’espace et le temps d’émerger.


C'est bon de se sentir perdu parfois.

De rester sous les étoiles, la lune,

l'immensité de l'espace.

De laisser aller toutes les idées

de comment tu « devrais » être…

~Jeff Foster



Christel

Photo de Drew Geraets


Posts similaires

Voir tout
Et Aussi