Les suppositions ne sont que des mensonges que je m’invente.



Je ne fais pas de suppositions.


Cette affirmation est tirée du jeu de cartes oracle, Le Cinquième Accord Toltèque, qui transmet les clés de la sagesse Toltèque.


Cette sagesse se base sur cinq accords, qui sont des outils que l'on peut utiliser pour accéder à la liberté d’être et de penser.


1 - Que votre parole soit impeccable

2 - Quoi qu’il arrive n’en faites pas une affaire personnelle

3 - Ne faites pas de suppositions

4 - Faites toujours de votre mieux

5 - Soyez sceptique, mais apprenez à écouter

La carte tirée aujourd'hui parle du troisième accord, « Ne faites pas de suppositions ».


Ce n’est pas par hasard, si c’est cet accord s’invite dans cette période où les événements dans nos vies et dans le monde peuvent générer tant d’anxiété si nous n’y prêtons garde.

Ne pas faire de supposition, c’est l’invitation à revenir à cet instant présent et tout ce qu’il contient, sans commencer à faire des plans sur la comète sur ce que signifie tel ou tel événement, ce que cela va générer dans le futur, etc.

Nous ne voyons pas à quel point nous sommes constamment en train de faire des suppositions, et comme nous les partageons ensuite entre nous, et commençons à y croire comme si c’était la vérité.

La peur psychologique nait d’une supposition à laquelle nous donnons foi. Nous imaginons une tournure des événements dans le futur, et nous ressentons de la peur.

En avoir conscience est un véritable cadeau, et s’attraper au moment où nous le faisons, c’est véritablement (re)devenir libres.

Réaliser tout à coup « Oh, je fais une supposition sur mon avenir! Je ne sais pas en fait ce qui va réellement se passer, ni comment ça va se passer ou si cela sera négatif pour moi ».

Plus nous y prêtons attention, plus nous réalisons à quel point nous vivons dans un univers mental et comme tout le drame dans nos vies nait à l’intérieur de nos têtes.

Ce qui ne veut pas dire, bien sûr, qu’ils n’y a pas d'événements parfois très douloureux dans nos vies, mais que toutes les histoires que notre mental crée, ajoutent beaucoup de souffrance à la douleur.

Au dos de la carte on peut lire:

« Les suppositions ne sont que des mensonges que je m’invente. Ne pas faire de suppositions n’immunise dans mes interactions avec moi-même, avec ma propre voix de la connaissance. »

Ce que Don Miguel Ruiz appelle la voix de la connaissance est notre conditionnement, tout ce que nous avons accumulé de « savoir » à travers notre éducation, notre culture, l’école, nos experiences de vie… Aussi, ne pas faire de suppositions, nous permet de ne pas projeter notre conditionnement sur le présent, le futur, les autres ou nous-mêmes.

Les suppositions sont des mensonges, dans le sens qu’elles ne nous disent rien de la vérité. Elles ne sont que le reflet de notre conditionnement. Ces suppositions que nous faisons nous en disent plus sur notre conditionnement que sur notre futur.


Nous ne savons pas de quoi demain sera fait, nous ne savons pas comment nous réagirons avant d’être confrontés à l’experience, nous ne savons pas non plus ce que l’autre vit vraiment, ce qu’il pense ou ce qu’il ressent… Les suppositions ne sont que des mensonges que je m’invente.





Christel

Photo de Ranurte




Posts similaires

Voir tout
Et Aussi