Le ciel est la limite



Qu'est-ce que le fait de "ne pas avoir envie de faire" quelque chose a à voir avec le fait de le faire ou non ?


C’est une question que nous ne nous posons pas quand nous sommes obligés de faire, par exemple s'acquitter d'une tache pour le travail ou remplir sa déclaration d’impôts. Nous n’en avons peut-être pas envie du tout, mais pourtant nous le faisons.


Et qu’en est-il quand c’est une engagement d’un autre ordre comme la décision d’écrire tous les jours ou de faire des abdominaux ?


Nous sommes censés le faire comme prévu, oui mais nous n’en avons pas envie à ce moment là. Que faisons nous ? Qui decide? La pensée qui nous dit « je n’ai pas envie » ou notre engagement, la vision de ce que nous voulons accomplir?


J’en ai fait l’experience ce soir avec ce texte. Je rentrais chez moi après une journée bien remplie, la tête pleine des échanges que j’ai eu aujourd’hui et je doutais de pouvoir écrire un texte.


La pensée qui revenait était « je n’ai pas envie d’écrire », et je l’ai contemplée...


J’ai contemplé la possibilité de ne pas écrire.


J’ai écouté si ça sonnait juste en moi, "ne pas écrire parce que je me sens fatiguée, pas inspirée". En vérité, je doutais de ma capacité à pouvoir le faire.


Et non, ça ne sonnait pas juste.


Cela fait cinq mois que je poursuis ce challenge d’écrire un article de blog chaque jour, alors baisser les bras ce soir juste parce que j’ai la pensée « je n’ai pas envie, je suis fatiguée », ce n’est pas ce que je voulais réellement.


Pourtant fut une époque, je n’aurais pas essayé d’aller plus loin. Je n’aurais pas mis au défi cette pensée « je n’ai pas envie ». Je n’aurais pas cru à la possibilité d’être inspirée malgré tout, et donc je ne me serais pas ouverte à l’inspiration.

Le ciel est la limite… mais trop souvent nous nous laissons arrêter par nos pensées.


Et nos pensées n’ont aucun vrai pouvoir sur nous, que celui que nous leur donnons.







Christel

Photo de Frank Mckenna