La vie nous demande constamment nous transformer



La Vie est impermanence... C’est le principe que j’aurais voulu intégrer bien plus tôt dans ma vie!

La vie est impermanence, changement constant. Rien ne demeure pareil, jamais.


Dans le monde de la forme, tout change, puis finit par un jour disparaitre

Resister à ce changement voilà ce qui crée la souffrance.

La vie est impermanence, et nous sommes la vie.


Elle s’exprime à travers nous de toutes sortes de façons, et lorsque nous nous attachons à une forme particulière, nous nous identifions à cette forme et rompons le flux naturel de la vie.


Nous nous identifions à un état et quand notre expérience change, nous y résistons. « Non, ce n’est pas moi. Moi, je suis une personne qui… »

Nous ne sommes plus la vie, nous sommes cette forme à laquelle nous nous identifions. Cela peut-être notre apparence physique que nous ne voulons pas voir changer, ou un rôle que nous jouons : mère, fille, entrepreneur, personne active (versus inactive ou retraité). Cela peut aussi être un état d’esprit: optimiste, pessimiste…

«La vie est un processus de devenir, une combinaison d’états que nous avons à traverser. Où les gens échouent, c’est qu’ils désirent élire un état et rester dedans. C'est une sorte de mort. ~Anais Nin


Dans son livre « Hiverner », Katherine May explique comme toutes les autres espèces se préparent à l’hiver, alors que nous nous refusons l'hiver dans nos vie, et/ou tentons de le cacher comme quelque chose de honteux.


Quelque part en chemin nous avons commencé à croire que la vie pourrait ou devrait être un éternel été. Et si ce n'est pas le cas c'est que quelque chose cloche ou que nous n'avons échoué.


« Les plantes et les animaux ne luttent pas contre l’hiver. Ils n’en ignorent pas l’imminence ni ne s’efforcent de le vivre comme ils vivent en été. Simplement, ils se préparent, s’adaptent. Ils accomplissent les plus extraordinaires métamorphoses pour survivre aux grands froids. C’est le moment d’opérer une retraite, de maximiser des ressources devenues limitées et d’adopter des mesures radicales pour se dérober au monde. Dès lors survient la transformation. L’hiver ne signifie pas la mort du cycle de la vie, c’est en son sein qu’elle renaît. »


C’est de cette transformation dont parle la XIII dans le Tarot, ces hivers dans nos vies qui nous demandent de laisser la personne que nous étions pour celle que nous allons devenir.


La vie nous demande constamment de nous transformer, de lâcher nos identifications pour en adopter de nouvelles. Il serait d'ailleurs plus juste de dire "de nous laisser transformer", car tout comme les arbres ne choisissent pas le moment ou leurs feuilles vont tomber, nous ne choisissons pas, la vie fait son oeuvre en nous.


Quand je laisse aller ce que je suis

je deviens ce que je pourrais être.

Quand je laisse aller ce que j'ai,

je reçois ce dont j'ai besoin.

~Lao Tseu



Christel


Posts similaires

Voir tout
Et Aussi