Je ne sais pas.




Accepter de ne pas savoir à une époque ou l’on a l’impression d’avoir la réponse à tout au bouts de nos doigts, c’est un peu révolutionnaire.


Pouvoir dire « je ne sais pas »… c’est rafraichissant, et enrichissant.


Les enfants ne prétendent pas savoir, et c’est comme cela qu’ils apprennent. Ils restent curieux, ouverts.


Il est difficile, voire impossible de faire entrer de nouvelles perspectives dans un esprit qui croit déjà savoir, ou fait comme si.


Dès que nous prétendons savoir, nous ne sommes plus ouverts, plus présents.


Nous croyons savoir ce que l’autre va penser, va dire, comment il va réagir, et nous agissons ou n’agissons pas en fonction de ces suppositions. Sans voir que ce sont juste ça, des suppositions. Nous ne savons pas comment l’autre va réagir, il ne le sait peut-être même pas lui-même.


Quand nous devenons curieux au lieu de faire des suppositions et d’y croire, la vie devient une aventure. Nous nous ouvrons au champ des possibles.



Christel

Photo de Ch M


Posts similaires

Voir tout
Et Aussi