Il n'y a rien qui ne va pas chez vous




On vous a appris qu'il y a quelque chose qui ne va pas chez vous et que vous êtes imparfait, mais ce n'est pas le cas, et vous ne l'êtes pas. ~Cheri Huber

Nous avons tendance à être si durs avec nous-mêmes...


Je me demande s'il existe des personnes qui ont appris à vraiment s’aimer, enfants? Personnellemen, je n’en ai encore jamais rencontrées.


Cheri Hubert est enseignante en méditation zen depuis 35 ans et l'auteure d'une vingtaine de livres. Dans l'un d’eux, elle raconte comment, elle s'est réveillée, un jour, à l'hôpital, après s'être tiré un coup de fusil dans le ventre, comme sa grand-mère l'avait fait des années auparavant.


Quand elle a ouvert les yeux, le chirurgien qui venait de lui sauver la vie lui a alors dit, d'un ton qui ressemblait à de la colère : " Je ne sais pas comment vous avez survécu à ça. Cette balle aurait dû vous tuer. Je vous suggère de découvrir pourquoi vous êtes en vie ".


Allongée sur son lit d'hôpital, les semaines qui ont suivi, elle s’est mise à y réfléchir, et elle a réalisé que bien qu'elle avait mis beaucoup d'efforts, jusque là, à faire ce qu'elle était "supposée faire", elle n'avait jamais essayé d'être heureuse. Elle avait travaillé dur pour faire ce que les autres lui disait, allait la conduire au bonheur, mais elle n'avait jamais été heureuse.


C'est comme cela qu'à commencé sa quête pour découvrir comment les gens arrivaient à être heureux malgré l'incertitude de la vie, qui allait bientôt l'amener à étudier le zen.


Le processus de la haine de soi fait tellement partie de la personne moyenne que nous ne le reconnaissons même pas. Nous pensons que nous faisons juste ce qu'il faut pour nous assurer d'être bons. C'est normal, disons-nous. Tout le monde le fait. Ou devrait. ~Cheri Huber

Nous ne réalisons pas à quel point la haine de soi est courante.


Très jeunes, nous avons appris à ne pas écouter ce que nous sentions juste en nous, nous avons cessé de faire confiance à notre intuition pour répondre à nos besoins, et nous nous sommes tournés vers l’extérieur.


Et si nos besoins n'étaient pas satisfaits nous avons cru que c’était de notre faute, que nous étions mauvais.


C’est la raison pour laquelle nous avons abandonné notre "vrai soi", en décidant de devenir ce que les autres voulaient, attendaient.


Nous avons décidé de devenir parfaits.


"Je n’aurai besoin de rien." "je serai fort.” "Je ferai tout ce qu’il faut."


Nous avons alors développé des mécanismes de défense allant du déni de soi, à l’auto-destruction, comme se renfermer émotionnellement, ou manger pour étouffer ses sentiments.


Selon Cheri, un individu a recours à la haine de soi pour essayer d'être une "bonne personne", en privilégiant les autres par rapport à lui-même, en se reniant inutilement, ou en utilisant des idéaux contre lui-même.

Alors que nous essayons, en vain, de faire fonctionner le conditionnement, tout ceci génère de la souffrance,


Jusqu’à ce que nous prenions enfin conscience de ces mécanismes.


Nous pouvons alors nous ouvrir à la compassion pour nous-mêmes, et petit à petit, à l'acceptation.


Comme si nous nous re-membrions, nous nous ré-approprions, une à une, ces parts de nous-mêmes que nous avions rejetées afin de correspondre à ce que les autres attendaient de nous. L’enfant en nous renaît.






Christel

Photo de Ginny Rose Stewart




Posts similaires

Voir tout
Et Aussi