Connaissez-vous vos limites invisibles?



La première fois que je suis allée voir Véronique, j’avais une épaule bloquée et du mal à tourner la tête. Je supportais à peine le poids de ma veste. Une heure plus tard, je me sentais légère, comme si un poids avait été lifté, et puis, chose étonnante, je pouvais respirer à plein poumons sans douleur au plexus.


Cette douleur m’avait accompagnée depuis l’enfance et je pensais qu'elle annonçait simplement la capacité maximale de mes poumons.


Avec cette première séance d'ostéopathie, j'ai appris qu'en fait non, c'était juste bloqué. Mais tant que je ne le savais pas, je ne pouvais pas aller plus loin. Je n’aurais même pas essayé, la douleur m'en aurait dissuadée. Et maintenant, dix ans plus tard, je respire toujours à plein poumons.


On se libère d'une entrave par la connaissance et non par la force. ~Guy Finley

Je partage cette anecdote parce qu'elle illustre parfaitement cette limite invisible, qui existe dans nos vies sans que nous en ayons conscience. Je vois beaucoup de personnes qui finissent par se résigner. Elles se disent, A quoi bon?


Cette limite est aussi la raison pour laquelle la majorité abandonnent leur rêves. Elles se découragent, à force d’essayer et de se retrouver confronter encore et encore aux mêmes problèmes, que ce soit en amour, dans les finances, ou au travail.


Elles enchainent des relations amoureuses qui se ressemblent, se retrouvent ruinés après avoir gagné des millions au loto, déposent le bilan d'une troisième société, etc.


Si vous voulez jouir d'une vie heureuse et en tous points réelle, votre façon de penser actuelle est le seul et unique adversaire que vous devriez renverser. ~ Guy Finley

Il y a quelques semaines, je lisais l’histoire d’un homme qui avait fait installer des barrières électriques invisibles sur son terrain pour éviter que ses chiens ne s’aventurent trop loin. Bien-sûr, les chiens s’étaient vite adaptés, craignant les chocs électriques. Et puis, plus tard, cet homme ayant acheté des terrains adjacents, avait fait déplacer les barrières invisibles, ainsi les chiens pourraient profiter de plus d’espace et même d’une rivière. Seulement les chiens n’y vont pas. Ils sont conditionnés, ils savent à quoi s’attendre, la douleur des chocs électriques. Il a beau les appeler, ils restent à l’ancienne limite. Ils sont retenus par la mémoire.


La mémoire crée des barrières invisibles.

Notre mémoire de situations, et d’interactions passés crée des barrières invisibles qui façonnent nos pensées, paroles et actions actuelles, et nous limite.


Puisque notre inconscience est notre seul problème, la conscience est notre seule solution.~ Guy Finley

En devenant conscientes de ces mécanismes, nous pouvons agir différemment. Lorsque des défis se présentent, plutôt que de revenir à des comportements automatiques (agir de façon réactive), nous pouvons alors y répondre de manière créative et tenir compte de nos intentions actuelles, au lieu de laisser le passé décider du présent.





Christel

Photo de Amy Humphries