Au service de qui, de quoi?



Pourquoi restes tu en prison quand la porte est grande ouverte?

Sors de l’enchevêtrement des pensées de peur.

Vis dans le silence.

~Rumi


Les histoires qu’on se raconte, et qui nous attachent;


Et les tentations auxquelles on cède.


Voila de quoi vient nous parler le Diable, du Light Seer’s Tarot, ce soir.


Sur cette carte, un homme torse nu nous tend la main en nous regardant droit dans les yeux. Sous sa main, pendent des fils reliés à un personnage caché par une capuche, se tenant la tête entre les mains.


Au lieu du Diable, on aurait pu aussi bien l'appeler le grand marionnettiste, celui qui sait appuyer sur nos boutons, le maître Ès-manipualtion.


Manipulation… c’est presqu’un gros mot. Pourtant, tout le monde l’utilise et souvent sans s’en apercevoir. Dans quelle famille ne connait-on pas le chantage affectif, par exemple?


L’autre dit non et on essaie de lui faire dire oui. On fait pression sur lui. On appuie sur ses boutons, pour activer sa culpabilité. On le montre du doigt…


Tant de thèmes bien présents dans l’actualité.


On vient appuyer bien fort là où ça fait mal... dans notre désir conditionné d’être une bonne personne.


Juste quelqu'un de bien. Quelqu'un de bien 🎶, comme chantait Enzo Enzo dans les années quatre vingt dix.


Aussi, la dichotomie devient-elle écouter ses vrais désirs ou répondre à l’injonction d’être « une bonne personne », en répondant à ce que les autres attendent de nous, même et surtout si cela signifie nier nos vrais désirs.


Combien de fois ne sommes nous pas tentés de « vendre notre âme au Diable » pour garder l’approbation des autres, ou leur amour?


On se retrouve face à une « double contrainte », le type de conflit qui selon Robert Dilts crée une situation « non-gagnante », où vous êtes « damné si vous le faîtes, et damné si vous ne le faîtes pas ».


Aussi, le Diable nous invite-t-il à la transgression.


Oui, il vient nous dire que c’est okay de transgresser les lois toxiques, de ne plus être « la chic fille », ou « le gentil garçon ».


Il nous réoriente vers notre nature intime, et nous invite à ne plus la cacher sous des masques.


Il nous demande, Au service de qui, de quoi mets-tu la puissance qui est en toi?

Christel

Photo de Annie Spratt


Posts similaires

Voir tout
Et Aussi