Aller plus loin, aller trop loin...







Le neuf de Bâton, ce soir, m’évoque le sujet passionnant des limites. Un sujet que je ne cesse d’approfondir.


J’ai commencé à m'y intéresser tout d’abord avec l’idée que les autres ne respectaient pas mes limites.

Ma question était, comment poser clairement mes limites et les faire respecter?

Assez vite, j’en suis arrivée à la compréhension que le respect de mes limites ne reposait pas en l’autre, mais en moi-même.

L’autre outrepassait là où je le laissais outrepasser. Comme dit le dicton, la première fois c’est ta faute, la seconde c’est la mienne.

La « maitrise » de nos limites, c’est ce que je vois sur cette carte du Light Seer’s Tarot.

Une femme est debout, l’air méfiant, derrière une barrière faite de bâtons. Elle tient dans la main droite le plus grand des bâtons, sur lequel elle semble s’appuyer.

Dans le fait qu’elle tienne ce bâton, je vois le symbole de la maitrise de nos limites, nous rappelant que nous décidons si et quand « c’est ok, ou pas ok ».


Elle tient le bâton à son extrémité, comme L’Hermite (VIIII), dans le Tarot de Marseille. Il le tient dans la main gauche également et tient une lanterne dans l'autre, avec laquelle il éclaire le passé pour en tirer des leçons. Il se prépare à clore un chapitre, pour en commencer un nouveau.


Dans le neuf, il y a l'idée d'une crise positive, une transition.


Au neuvième mois, dans le ventre de la maman le foetus se prépare à quitter la matrice, seul environnement qui’l connaisse, pour entrer dans un tout nouveau monde.


Puisqu’il s’agit de la suite des bâtons, ce qui concerne notre énergie, l’inspiration, l’action d’entreprendre... Ces limites sont aussi nos propres limites, celles que l’on est prêt à dépasser ou pas, celles que l’on doit dépasser pour accéder à un « nouveau monde », un nouveau cycle d’expériences.


Dans un projet créatif, une entreprise, il nous faut nous dépasser, aller plus loin que ou nous sommes allés jusque là.


Aussi, dans le neuf de Bâton, nous apprenons une façon écologique d’avancer, en dépassant nos limites perçues tout en nous octroyant des pauses pour récupérer de nos « batailles ».


Eh oui, dépasser nos limites génère des frictions et contractions intérieures, c’est même comme cela que nous savons que nous sommes sur le "bon chemin".


Les maîtres mots ici sont courage et endurance. Nous nous préparons à une fin de cycle, et le début d’un nouveau avec le dix de Bâton.





Christel

Photo de Annie Spratt

Posts similaires

Voir tout
Et Aussi