Vous en saurez tellement plus sur vous-même




Cela fera bientôt un an que j’écris tous les jours sur ce blog.


Dans douze jours, j’aurai écrit 365 textes en 365 jours. Youhou!

Je me souviens, un peu avant le début de ce challenge, avoir entendu une conversation entre Elizabeth Gilbert et Julia Cameron, deux « expertes » en créativité, et plus spécifiquement l’écriture.


Elizabeth Gilbert disait que l’important dans le fait de ce lancer dans un projet créatif n’était pas tant le produit final, que la personne que nous serons devenue au terme de cette creation. Et c’est cela qui m’a guidée… la curiosité.

Il y a une promesse sacrée que je peux vous faire. C'est que vous en saurez tellement plus sur vous-même, sur la vie et sur le monde à la fin de ce projet que ce que vous saviez au début. C'est promis !

~ Elizabeth Gilbert

J’avais envie de découvrir qui je serai au bout d’un an de cette pratique quotidienne et comment la pratique aurait impacté ma façon d’écrire.

Je ne peux pas vraiment me prononcer sur la qualité, je sais qu’elle est inégale. Il y a des jours où je suis inspirée et d’autres moins.


Par contre ce que je sens avoir gagné, c’est en fluidité dans l’acte créatif lui-même.

Je commence plus facilement que je sois inspirée ou pas. J’écris, je laisse venir. Je fais confiance au processus. Parfois, c’est écrit quasiment d’une traite sans retouches et d’autres fois, je fais, je défais, je refais jusqu’au moment où ça sonne juste.

Chaque jour, j’apprends un peu plus, un peu mieux, à ne pas me laisser arrêter par mon critique antérieur. Il est toujours présent, j’entends toujours ses critiques mais je le laisse beaucoup moins interférer.

Fut une époque, un « je n’ai pas envie d’écrire » aurait suffi pour m’en détourner, plus maintenant.


Ce soir, c'est ce que j’ai pensé « je n’ai pas envie d’écrire », j’ai tiré quatre cartes de Tarot les unes après les autres sans que rien ne vienne, et puis… J’ai attrapé une idée, cette idée d’écrire au sujet de ce challenge, et me voilà, 400 mots plus tard, et ce n’est pas fini.


Cette pratique quotidienne m’apprend plus encore à voir mes pensées comme des pensées, et non pas comme des « appels à l’action » ou en l’occurrence la non-action.


Conclusion, en relevant un défi comme celui-ci, décider de pratiquer une activité tous les jours, nous apprenons comment nous fonctionnons, comment nous nous démotivons ou nous décourageons. Des connaissances que nous pourrons ensuite appliquer dans d’autres domaines, car ce sont toujours les mêmes mécanismes.


Comme vous faites une chose, vous faites toutes choses. ~Cheri Hubert




Christel

Photo de Annie Spratt


Posts similaires

Voir tout
Et Aussi