Quels choix s'offrent à nous?



"Le choix sous-entend de la conscience, un degré élevé de conscience. Sans elle, vous n’avez pas le choix. Le choix existe à partir du moment où vous vous désidentifiez du mental et de ses schèmes de conditionnement, à partir du moment où vous devenez présent."

~Eckhart Tolle


On entend souvent parler de choix en ce moment, et pour cause.


Nous pourrions facilement croire que le choix à faire est entre le « pour » et le « contre », qui est effectivement le seul choix qui s’offre à nous si nous restons dans la dimension horizontale.


Par contre, si nous avons déjà pris un peu de hauteur, nous réalisons que le choix à faire est en fait entre « dehors » et « dedans », entre écouter les voix du monde ou écouter son coeur, sa conscience. Nous sommes alors dans une dimension verticale, de soi à Soi.


Est-ce que j’écoute la voix de mon coeur, de mon être profond ou celle de mon égo, de mon conditionnement, ma domestication ?


Est-ce que je choisis la présence, ou est-ce que je choisis de me laisser aller aux élucubrations du mental, à toutes ses projections, suppositions, généralisations ?


J’écoutais Eckhart Tolle cet après-midi dire que nous avons besoin des challenges dans nos vies pour nous éveiller.


Et de quoi s’éveille-t-on?


De notre univers mental.


Dans l’état de veille ordinaire notre perception du monde est atrophiée par l’omniprésence des pensées et des concepts. Et c’est ainsi que vit la majorité des gens, perdus dans le monde des pensées et des concepts.

« La vie est un rêve.

Et quand nous remettons en question ce que nous pensons et croyons, cela nous réveille du rêve. Nous sommes alors capables non seulement de voir notre vraie nature, mais aussi de la vivre. Nous devenons le changement dans le monde que nous voulons voir se produire. »

~ Katie Byron


Eckhart Tolle rappelait aussi que quand nous sommes face à quelque d’inconscient, qui réagit à partir de ce qu’il appelle son « corps de souffrance », l’attraction est forte, nous sentons notre propre corps de souffrance qui s’active, et cela nous demande d’accentuer encore notre présence.


Là encore, il s’agit de faire un choix, se laisser aller à la souffrance, les vielles mémoires et énergies qui se réveillent ou devenir plus présent encore.


Il n’y a sans doute jamais eu de période plus propice à l’éveil, que la période actuelle.


C’est ce choix qui est disponible à chaque instant. Se réveiller du rêve de la pensée, revenir à la présence, ou se laisser emporter par la folie collective. Demeurer dans le coeur ou se laisser emporter par le corps de souffrance collectif.


« En perdant contact avec sa quiétude intérieure, c’est avec soi-même que l’on perd contact. En perdant contact avec soi-même, on se perd dans le monde.

Le sentiment le plus intime de soi, de son essence, est inséparable du calme intérieur. C’est le JE SUIS, plus profond que le nom et la forme. »

~ Eckhart Tolle




NB: C'est officiel, avec ce texte, cela fait 6 mois que je relève le défi d'écrire tous les jours sur mon blog. Youhou!!



Christel

Photo de Dave Hoefler

Posts similaires

Voir tout
Et Aussi
Pour être heureux...

Cliquez au hasard et suivez le conseil aujourd'hui.

Osez... Faites confiance à la vie

Osez... Faites confiance à la vie

Etes-vous sûre que c'et vrai?

Etes-vous sûre que c'et vrai?

Confiance...Suivez le flux de la vie

Confiance...Suivez le flux de la vie

Aimez l'enfant craintif en vous

Aimez l'enfant craintif en vous

Sortez de votre tête

Sortez de votre tête

Détachez-vous...Prenez de la hauteur

Détachez-vous...Prenez de la hauteur