Penser à nouveau...



Nous n'aimons pas la cuisine chinoise...


C'est ce que me répondait une copine d'un ton catégorique.


J'étais alors étudiante à Liverpool, et avec son petit ami nous étions tous les trois en train de repeindre leur salon. Je lui ai alors répondu que peut-être qu'ils n'avaient pas essayé le bon restaurant.


Et là, elle m'a dit qu'ils n'avaient jamais été au restaurant chinois. En fait, ils n'avaient jamais mangé chinois. J'étais éberluée. Je me demandais comment on pouvait être sûr de ne pas aimer quelque chose qu'on n’avait pas gouté.


J’avais toujours gouté même les aliments sur lesquels j'avais des aprioris, et je crois qu’à partir de là j’y ai fait encore plus attention. J’ai gouté même des plats qui ne me disaient rien, comme de la tourte à la cervelle préparée par une amie, de la viande à la menthe en Tunisie, ou de la salade de tête de vache aux Antilles, pour n'en citer que quelques uns.


Cela me paraissait evident à ce moment là, qu'il était un peu fou de dire catégoriquement qu'on n'aime pas quelque chose sans l'avoir expérimenté, pourtant il y a d'autres domaines ou ce n'est pas si flagrant.


Pendant longtemps, je pensais être du soir, jusqu'à ce que je me découvre du matin. Je pensais aussi être une personne à chat, jusqu'a ce que j'adopte un chien pour lui éviter l'euthanasie.


J'ai adopté Jason, un berger croisé bas-rouge, parce que mon envie de le sauver à pris le pas sur ma peur. C'est lui qui m'a choisie, et il m'a guérie.


La vérité est que je n'avais jamais eu de chien parce que j'en avais peur, donc je ne m'en approchais pas.


Nous pouvons à tout moment et à tous sujets, penser à nouveau.

Nous pouvons penser à nouveau à propos de tout.

Et il y a une énorme liberté dans cela, et d'énormes possibilités.


Si vous jetez un coup d'oeil à votre vie, combien de choses avez-vous écartées parce que vous pensez connaître la réponse ou que vous avez déjà choisi votre réponse?


je ne suis pas une personne à chats.

Je ne trouverai jamais l'amour.

Je ne suis pas doué pour les affaires.

Je ne suis pas bonne en course à pied.

Je ne suis pas bon en sport.

Je ne sais pas parler en public.

Je ne sais pas dessiner.


Nous limitons notre experience sans même nous en apercevoir.


Nous vivons dans un monde de certitudes, et nous ne réalisons pas que toutes ces certitudes sont négociables parce qu'elles sont faites de pensées.


Elles n'ont aucune solidité en dehors de la solidité que nous leur donnons.