Apprendre à faire son deuil dans une culture qui nie la mort




Sur la carte de ce soir, je vois la silhouette d’un personnage habillé d'une étole rouge qui lui couvre la tête et les épaules. À la place de son visage se trouve un ciel bleu lumineux, au dessus de la cime des sapins.


Cette carte dans le Light Seer’s Tarot s’appelle Death ∞ Rebirth, Mort ∞ Renaissance. Dans le Tarot de Marseille, elle n’a pas de nom, on la désigne comme la XIII.


J’ai écrit un texte en début d’année où je parlais de la mort d’un proche, et faisais allusion à cette carte, la non-nommée.


Une personne m’a aussitôt laissé un commentaire me disant que la XIII ne signifiait pas la mort.


Je comprends d’où elle venait avec ce commentaire, je l’avais déjà entendu dire.


Et en même temps, ça m’interroge…


Si cette carte sur laquelle, dans le Tarot traditionnel, on voit un squelette tenant une faux à la main, ne représente pas la mort, alors quelle carte la représente?


Ou est-ce que cela voudrait dire qu'elle ne fait pas partie du chemin du Mat? Comme Christophe Lambert dans HighLander, il ne meurt jamais.


Les créateurs du Tarot, un jeu si recherché, complet, et intelligent, auraient, tout bonnement, exclu l’idée de notre mort physique ?


Je me sens résister à l’écriture de ce texte. Une petite voix me dit que ce sujet ne va pas être fédérateur. C’est mieux de parler de « jolies choses », de choses qui font du bien, qui remontent le moral.


Certes, et je suis la première à avoir envie de lire ce genre d’histoires... mais pas seulement.


Je crois que nous avons besoin d’entendre parler de l’ensemble de notre experience de vie, dont la mort comme la vieillesse font partie.


J’ai reçu une newsletter, un peu plus tôt, où l’auteure, une femme de 48 ans, disait qu’elle avait décidé de se filmer ce qu’elle n’avait pas fait depuis dix ans, parce qu’elle avait aussi envie de voir plus de femmes de son âge montrant leur visage sur internet. (sic)


Je l’entends haut et fort, et je comprends sa démarche.


Je n’ai pas envie de vivre dans un monde lisse, ne parlant que jeunesse et beauté, où l’on cache la vieillesse comme s’il s’agissait de quelque chose de honteux.


Le mois dernier, j’ai lu un article écrit par un directeur de service funéraire (la magie d’internet!) qui expliquait que la plupart des maisons de retraite adoptent une mentalité consistant à « cacher le corps » ou ce qu’il appelle la « politique de la porte arrière » qui fait sortir le défunt par la porte arrière pour que personne ne le voie.


Puis, il avait découvert que quelques maisons de retraite pratiquaient la « politique de la porte d’entrée ». Il était allé dans l’une d’elle pour chercher un défunt, et alors qu’il s’apprêtait à sortir avec le cercueil par la porte principale, le personnel s’était aligné pour lui faire une haie d’honneur afin de célébrer la vie et la mort de la personne décédée.


Il concluait son article avec ces mots: « Cet acte, mes amis, est un beau pas en avant, loin du déni et vers une attitude plus positive envers la mort. »


Apprendre à faire son deuil n’est pas chose facile, qu’il s’agisse des personnes qu’on aime ou du temps qui passe, et encore moins dans une culture qui nie la mort et tente d’effacer la vieillesse.


Et qui peut faire changer la culture à part nous?





Christel

Photo de Sparks Johnson


Posts similaires

Voir tout
Et Aussi