top of page

Être aimé de l'autre


"Stop trying to make the wrong people love you the right way."

J'ai lu cette citation, hier, sur Instagram.

Cessez d’essayer de vous faire aimer par les mauvaises personnes de la bonne façon.


Je vois un fond de vérité dans ces mots, que j’ai envie de nuancer.

Je ne crois pas en l’idée d’une mauvaise personne en soi, mais plutôt que l’on ne peut pas donner ce que l’on a pas.

Aussi, attendre d’être aimé de quelqu’un qui ne s’aime pas lui-même, c’est voir ses attentes déçues, encore et encore.

Si cette personne n’a pas pour elle-même cet amour que nous attendons, comment pourrait-elle nous le donner?

On ne peut donner que ce qu’on a.

Petit clin d'oeil cosmique, le soir je relisais ces mots de Jeff Foster:

Toutes les personnes dans votre vie vous aiment en ce moment, au mieux de leurs capacités. Leur cœur est aussi fermé ou aussi ouvert que possible en ce moment, compte tenu de leurs traumatismes, de leurs croyances, de leur volonté de se regarder, des sentiments insupportables qu'ils refoulent dans leur inconscient, des façons dont ils se fuient eux-mêmes.

Je vois aussi que notre prémisse sur l’amour ne nous fait pas de bien, nous pensons que l’amour vient de l’extérieur.

Un jour, nous rencontrerons la "bonne" personne.

Un jour, nous serons aimés, validés pleinement, quand nous aurons trouvé la bonne personne, le bon boulot, le bon quartier, la bonne tribu.

Et du coup, quelle anxiété, quelle angoisse dans cette attente... Et quelle déception, quand celui/celle qu’on croyait être le bon/la bonne, ne vit pas à la hauteur de nos attentes !

Nous voilà à réfléchir...

Ce n’est peut-être pas le bon, cette relation n’est peut-être pas la bonne pour moi, je devrais peut-être changer de travail, de quartier, de pays...”

Alors nous rompons, nous démissionnons, nous partons,

pour arriver ensuite dans un nouveau quartier, un nouveau job, une nouvelle relation...

Les débuts sont prometteurs!

Comme c’est bon cette période de lune de miel.

Et puis...

Re-belote! comme disait mon père.

Nous nous retrouvons à nouveau insatisfaits, à nous poser des questions.

Mais alors où elle la solution?

Où est l’amour?

Où trouver l’acceptation et la validation que nous recherchons désespérément?

En nous.

S’il y a une grande colère ou une immense lassitude en lisant cela, c’est que vous croyez très fort encore, que l’amour est extérieur à vous, que la validation n’a de valeur que si elle vient du dehors.

Peut-être attendez vous toujours que votre père ou votre mère vous voit vraiment, qu’il/elle vous accepte telle que vous êtes, vous valide.

Ou pire encore, peut-être cherchez-vous à vous