À quoi je joue ce matin ?



Quelle est l’opportunité ? Sur quoi j’ai envie d’écrire ce soir?


Je pose cette question, puis je tire une carte et justement... c’est la Roue de Fortune qui apparait.


Dans le jeu du Light Seer’s Tarot, l’illustration de cette carte représente une femme debout, une jambe repliée le talon reposant sur l’intérieur de l’autre jambe. Les bras tendus, elle est en position d’équilibre debout sur la tranche d’une énorme pièce.


Cette pièce semble tourner sur elle même en attendant de tomber d’un côté ou de l’autre. Le jeune femme porte un long pendentif autour du cou avec deux gros dés.


Aussi l’idée de jeu, est très présente et plus précisément de jeu de hasard.


J’aime beaucoup cette représentation de la Roue de Fortune, parce qu’elle me rappelle de revenir ici, maintenant. Ce lieu en équilibre en hier et demain, passé et futur. Le seul moment qui existe vraiment, le seul moment qui existe toujours.


Cette pièce qui tourne sur elle même, et qui va forcément tomber à un moment, me rappelle l’impermanence des choses de cette vie. Cela pourrait être triste si ça ne parlait que des choses agréables ou positives, mais bien sûr cela parle aussi des souffrances, des peines, des erreurs, des choses que l’on regrette, des moments d’égarement... Tout passe.


Comme disent les bouddhistes « ça aussi ça passera ».


Quelque que soit ce que nous vivons en cet instant, ça passera.


Si c’est pénible, cela nous met du baume au coeur. Et si c’est joyeux, cela nous permet de l’apprécier plus encore.


Ce n’est pas par hasard, que la carte complémentaire de la Roue est le Pendu, puisque l’invitation à revenir à l’instant présent suppose de lâcher prise.


Dans cette piece/roue, qui tourne sur elle même, je vois l’aspect cyclique de nos vies. Tous les rythmes qui composent notre existence.


Comme le rythme circadien, notre horloge interne qui se cale sur 24h; le rythme Ultradien, qui rythme nos journées et nos nuits par tranches de 90 à 120 minutes; Le rythme infradien, comme le cycle de menstruation de la femme; ou encore, le rythme des saisons, sans parler de la rotation des planètes...


Nous souvenir que nous sommes « gouvernés » par ces cycles est important, parce que cela nous ramène à la notion d’opportunité.


Quelles sont les opportunités là dans ma vie?


Tout n’est pas toujours possible à n’importe quel moment. Il y a des moments plus propices que d’autres, un timing juste, divin. Une pomme ne peut pas être cueillie en hiver.

Il y a ce qui est mûr pour « être cueilli » maintenant, ce que la vie nous propose, l’invitation qu’elle nous tend en cet instant.


Cette femme en équilibre sur cette roue, centrée en elle-même, elle écoute, ce qui veut se dire, s’écrire, se faire…


Elle se rend disponible pour les opportunités présentes dans sa vie, et c’est en les acceptant, en prenant la manivelle en main, qu’elle fait tourner la Roue. Elle change sa vie.


La position d’équilibre dans laquelle elle se trouve, est un asana de Yoga, la posture de l'arbre.


« Placer le pied droit contre la racine de la cuisse gauche et se tenir debout sur l’autre pied, tel un arbre en terre. Cela est connu comme Vrikshâsana, la posture de l’arbre » ~ Gheranda Samhitâ


Cette posture nous rappelle notre verticalité, en équilibre entre la terre et le ciel.


Comme disait Pierre Teilhard de Chardin, Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle mais des êtres spirituels vivant une expérience humaine.


Pour conclure, l’idée de jeu et de hasard me rappelle aussi le concept yogique de Leela, le jeu divin de la vie. Nous invitant à voir cette vie comme une immense pièce de théâtre, et à ne pas la prendre si au sérieux…


« Quand tu intègres que...Il y a tellement rien à faire, rien à être de spécial.

Tu te retrouves face à une page vierge, donc vierge de la possibilité d’échouer ou vierge de la possibilité de réussir.

Du coup il n’y a plus qu’une autre question qui survient:

À quoi je joue ce matin ? »

~ Franck Lopvet




Christel

Photo de Fabien TWB




Posts similaires

Voir tout
Et Aussi