À l'écoute de notre coeur sauvage...




Sous les couches du conditionnement, notre coeur sauvage bat toujours, et il nous parle.

Inlassablement, sa voix vient nous souffler "il doit y avoir quelque chose de plus".


Encore et encore, ses murmures nous appellent vers plus grand.


Et cette voix ne peut pas être ignorée, elle ne disparaitra pas.


Elle sera toujours là, et l’a toujours été.


C’est une voix primitive, la voix de la terre, du Divin.


Cette voix, c’est le vrai nous, le nous primal, sauvage. Celui que nous étions avant de laisser le monde nous dompter.


Retrouver cette nature sauvage, nous demande de suivre un chemin non balisé.


Pour le suivre nous devons brûler les cartes et les livres sacrés, et revenir à nos sens, nous fier à notre instinct.


En écoutant notre coeur sauvage nous réapprenons à vivre dans l’immédiateté, le maintenant.


Nous réapprenons à être présents, vivants, à l’écoute de ce qui veut se créer, se dire, se faire ou pas, dans l’instant.


Nous apprenons à sortir de la compulsion à faire, et vouloir faire... à ne plus être dirigé par la volonté.


Nous acceptons le vide, le creux.


Nous réapprenons à nous arrêter pour laisser à l’appel, l’impulsion, l’espace de naître en nous.

Nous acceptons de ne pas savoir.


Nous réapprenons le non calculé, la spontanéité.





Christel

Photo de John Peters